Bois communal de Linars

Vue sur le Bois de Linars
Vue sur le Bois de Linars

Le bois de Linars vu par un Olempien Gabin Durand

Superficie : 32 Hectares

Histoire

Le Bois de linars existait déjà en 1197, au début du règne de Philippe Auguste, date à laquelle il fut vendu à l’hôpital Notre-Dame du Pas (la plus ancienne des fondations hospitalières, créée par l’évêque Hugues). Il apparaît également dans un registre en latin du XVIème siècle, et sur le cadastre Napoléonien ainsi que sur la carte de Cassini datant du XVIIIème siècle. Ce n’est que depuis avril 2009, qu’il appartient à la commune d’Olemps.

Mise en valeur

La mairie d’Olemps a travaillé sur son aménagement en impliquant tous les habitants de la commune, l’ONF, le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE), les associations de randonneurs, les chasseurs, les écoles, etc… Tout le monde a apporté sa contribution pour aménager ce bois qui s’est bien remis de l’attaque du scolyte, ce redoutable insecte qui l’avait attaqué en 1992.

L’Espace Naturel Sensible du bois de Linars

Le Bois de Linars est classé parmi les Espaces naturels sensibles (ENS) pris en compte par le conseil général.

Signalisation explicative du Bois de Linars
Signalisation explicative du Bois de Linars

Sur le sentier des écoliers

Les élèves de l’école Pierre-Loubière, sous la conduite de leur maître, Gérard Hays, se sont eux aussi passionnés pour ce bois au point d’en faire une fresque monumentale sous le préau ainsi qu’un topoguide : « Le sentier des mille et une plantes ». C’est pour cette raison que les chemins de cette balade champêtre ont leur point de départ devant l’école publique.

Deux circuits ont été aménagés : l’un de 5 km et l’autre de 2 km. Ils peuvent être parcourus dans la continuité pour un parcours de 7 km qui longe la rivière Aveyron jusqu’au bas de la route des Ballades. Cette présence d’eau vive apporte encore plus de diversité à l’espace naturel sensible qu’est ce lieu.

Sentier du Bois de Linars
Sentier du Bois de Linars

Faune et Flore

On y trouve dans sa flore des espèces rares et protégées dont

la très rare gagée (Gagea lutea), qui est une plante vivace, au feuillage vert clair. Elle fait l’objet d’arrêtés de protection en France et dans les pays voisins (Espagne et Italie notamment). Le nom de cette fleur jaune lui a été donné en souvenir du botaniste Thomas Gage (1781-1820) qui s’est intéressé à la flore du Portugal et de l’Irlande.

Regards sur la Biodiversité

Sa faune va de l’écureuil au sanglier de passage en passant par le chevreuil, le blaireau et une multitude d’espèces d’oiseaux qui ont élus domicile dans les falaises surplombant la vallée de la rivière ou dans les branchages du peuplement arboricole naturel aux essences et tailles très variées : résineux, érables, merisiers.

On peut y observer la fauvette à tête noire, le rouge-queue des geais, le faucon pèlerin (Falco pérégrinus), le grand corbeau ou le troglodyte, le martin pécheur ou le congle plongeur et même l’aigle botté planant majestueusement au dessus de cette verdoyante vallée.

Vue depuis le Bois de Linars
Vue depuis le Bois de Linars

 

Au bord de l'Aveyron